samedi 20 octobre 2007

Session 6-3: Mondes virtuels, 3D, futur du commerce électronique

A quoi ressemblera le magasin de demain ? Le développement du commerce électronique, l'arrivée du Très haut débit (FTTH), la maturité des technologies 3D, l'arrivée sur le marché de la consommation de générations adeptes du jeu vidéo laissent présager que l'Internet marchand de demain ressemblera à un Second Life à l'échelle planétaire. La vidéo ci-dessous esquisse ce à quoi pourrait ressembler un achat dans un futur proche.

Regardez ce que Dell fait sur Second Life ici.

Qu'en pensez-vous ?

5 commentaires:

Henri ISAAC a dit…

Après quelques péripéties dans Second Life, je suis finalement arrivé dans l'espace Dell ou j'ai pu effectivement configurer un ordinateur en 3D. expérience intéressante mais encore déroutante en termes de facilité de déplacement et d'interaction

Laurent a dit…

Alors je trouve cette manière d'acheter complètement déshumanisée. Acheter un vêtement représenté sous forme de pixels est trompeur. Même si une photo est là pour nous "rassurer", cette méthode ne remplace pas le côté tactile que l'on retrouve dans un point de vente traditionnel. Ce canal de distribution se prête plus à tout ce qui touche aux haute technologie, les ordinateurs, les APN, le hardware, mais pas les vêtements. Un vêtement s'essaie dans une cabine car aussi les tailles sont différentes entre plusieurs magasins.

Stéphanie a dit…

Je ne suis pas particulièrement adeptes des mondes virtuels, mais je trouve que Second Life est un phénomène très intéressant.
Les possibilités marketing sont les mêmes que dans la réalité (en beaucoup moins cher et avec moins de contraintes), c'est assez impressionnant! Les marques peuvent y faire de la publicité, réaliser des études marketing, et même y créer leurs boutiques virtuelles et vendre en ligne...
Mais je me pose une question : pourquoi les marques ne proposent-elles pas leurs propres boutiques virtuelles (un peu comme dans la vidéo visible sur ce blog), sans passer par Second Life? Cela présente l'avantage d'être original et ludique, non? Et aussi plus ergonomique et concret je pense...

Et pour répondre à Laurent, je suis d'accord sur le point que certaines catégories de biens sont davantage adaptées à la vente via internet/Second Life. Mais justement, les marques de prêt à porter (et autres catégories de produits a priori peu adaptées à la vente à distance)mettent peu à peu en place des moyens pour réduire les freins à l'achat. Par exemple, de multiples photos sous tous les angles et pour toutes les couleurs disponibles, le détails des dimensions, mais aussi la possibilité de renvoyer la commande au cas où la taille ne convient pas, ou encore une hotline pour obtenir des conseils avant l'achat...
Mais il est évident que le plaisir d'achat n'est pas le même qu'en point de vente...
A quand des boutiques virtuelles capables de reproduire ce même plaisir??

Nicolas Schriver a dit…

Je ne suis pas sûr de l'intérêt de ce type de magasin. Si c'est pour acheter ce que l'on peut acheter dans un magasin réel, je ne suis pas sûr qu'il y est un réel intérêt. L'un des principaux atouts de la distribution en ligne repose sur la comparaison de prix et la rapidité d'achat. Avec second life, il n'existe pas vraiment ce facteur de rapidité, et on retourne un peu en arrière au niveau de la comparaison de prix.

Cependant, les distributeurs ont intérêt à développer des magasins sur Second Life en terme de publicité. Sur un niveau mercantile, l'un des intérêts seraient de développer des produits spécifiques à Second Life, prenant en compte les spécificités du monde virtuelle. Par exemple, je crois qu'un constructeur automobile avait développer des machines à téléporter sur Second Life.

robin a dit…

Pour répondre à Stéphanie, la Redoute ou les 3 suisses pratique la VAD sur du pret à porter (entre autre) sans aucun problème depuis des années. Je ne vois pas de problème à vendre ce genre d'article.
Par contre, je m'interroge sur l'intéret d'un logiciel comme second life comme simple outil de communication. Là aussi ça n'est pas nouveau. Ceux qui utilisent les jeux vidéos savent qu'ils sont de plus en plus envahis. Pour ne prendre qu'un exemple, citons les jeux de foot comme PES ou Fifa qui sont truffés de marques des maillots des joueurs jusqu'aux panneaux autour du terrain.
Second life peut techniquement représenter un bon canal de distribution en plus d'un mode de communication.
Le problème c'est qu'on s'éloigne du jeu initial dont le slogan est :"your wolrd. Your imagination". On passe à "your world. NO more imagination".
Je trouve un peu malsaint de faire croire aux utilisateurs qu'ils sont dans un monde virtuel, qui s'éloigne le plus possible de la réalité (à moins que quelqun sachent vraiment voler dans les airs) et d'un autre coté de les ramener à la réalité en les faisant dépenser non plus des linden $ mais des réels euros ou autres devises.
Si l'on veut développer un centre commercial futuriste, completement on line mais pas simplement un site web 2D avec la liste des produits comme le font tous les sites marchands, il faut l'assumer en tant que tel.